Galerie

Sélection d’œuvres de Samuel Favarica

Une galerie où ces motifs graphiques nous égarent dans un univers baroque sans équivoque.

L’univers bigarré de Samuel Favarica s’apparente à un monde virtuel dans lequel l’artiste fait cohabiter, en un savant enchevêtrement, des références iconographiques venues d’orient comme d’occident, du passé comme du présent, de la mythologie comme du pop art, du spirituel comme du quotidien.

Le tout enluminé par une obsession du détail graphique et chromatique voire optique.

Édouard Baudry

Édouard Baudry, graphiste touche à tout, chercheur de sens du mot à l’image.

Impression numérique et acrylique sur métal

Œuvres numériques où s’entremêlent dessins numérisés ou exécutés à main levée sur tablette graphique, assemblages, montages et dessins vectoriels. De grandes imprimantes UV à plat qui permettent l’impression sur des supports rigides comme des plaques métallisées en aluminium de type Dibond sont utilisées. Les tirages sont signés et numérotés allant parfois jusqu’à huit exemplaires (œuvres originales numérotées de 1 à 8/8), et quatre épreuves d’artistes au maximum (ou « EA » numérotées de I à IV/IV), avec ajout de motifs et d’éléments peints avant la pose d’un vernis à l’étuve. Il est également procédé à la réalisation d’œuvres uniques.

Dessin à l’encre sur papier

Dessin au pinceau sur papier, essentiellement sur du papier épais au grain torchon. L’aquarelle et différents types d’encres sont employés, encre de Chine et encre à l’alcool, choisie pour la qualité et la luminosité de ses pigments ainsi que pour la fluidité de sa répartition sur le support. Il est aussi ponctuellement fait usage de peinture acrylique et de feuille d’or.

Peinture et sculpture

Peinture acrylique, essentiellement sur toile pour des œuvres maintes fois ornées de cadres larges et épais recouverts de bas et hauts‑reliefs peints, peinture aérosol pour la réalisation de graffitis et de peintures murales en extérieur. Des sculptures peintes à l’acrylique faites d’objets de récupération ou de mousse expansive recouverte de fibre de verre et de résine époxy.

Quel maelström a emporté l’esprit de Samuel Favarica ?

Né à Rouen (Mont-Saint-Aignan) en 1971, Samuel Carujo Fava Rica commence dès le début des années 90 à recouvrir dans sa globalité l’intérieur de son appartement de ses peintures et sculptures, par des bas-reliefs et l’agencement d’un fabuleux agglomérat de luxuriants objets hétéroclites.

Guidé par l’obsession de ne laisser le moindre souffle se glisser dans l’osmose absolue de ses créations, Favarica investit des cahiers, à l’encre de Chine rehaussée d’aquarelle, des façades ou des automobiles à la peinture aérosol, avant de peindre à l’acrylique sur toiles classiques et de produire des œuvres sur aluminium brossé verni à l’étuve.

Violemment colorées de rouges écarlates, de bleus inattendus, de verts livides où cohabitent des figures aux traits lourds et burinés qui s’entrelacent et se chevauchent sans  jamais laisser le moindre espace vide, ses compositions par leur caractère singulier ainsi que par la multiplicité des techniques utilisées, donnent définitivement au spectateur le sentiment d’un baroquisme exacerbé.

Jeanine Rivais est une critique d’art spécialiste des artistes marginaux.

Diaporama

Accès à une présentation comportant des productions récentes comme plus anciennes et quelques photographies de détails, ainsi qu’à une description des différentes techniques de réalisation des œuvres.

Favarica – Daruma
Œuvre digitale, peinture numérique – Daruma
Favarica – Fugu
Création digitale, art numérique – Fugu
Favarica – Hanafuda
Art digital, peinture numérique – Hanafuda